Les Cahiers Vagabonds | Bon plan #2: Nos 10 coups de cœur à San Telmo
Voyage, reportages,
950
post-template-default,single,single-post,postid-950,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-16.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive

Bon plan #2: Nos 10 coups de cœur à San Telmo

Buenos Aires, grande Buenos Aires, immense Buenos Aires, tentaculaire Buenos Aires.

De nombreux quartiers, de nombreuses ambiances…

Notre cœur a penché pour San Telmo, quartier sud-est de la ville, un peu bohème, un peu à l’arrache et on adore. On s’y est d’ailleurs installés pour quelques mois. San Telmo, c’est un mélange de vieux bâtiments coloniaux décrépis, de rues pavées, de petits commerces et terrasses, d’antiquaires et de maisons basses.

C’est un village dans la ville. Ce qu’on aime, c’est son côté « vie de quartier » en opposition au reste de la ville, strictement quadrillé et plus impersonnel.

On ne va pas le nier, San Telmo est aussi très touristique, mais ne nombreux coins valent vraiment le coup d’œil. On vous donne quelques pistes avec ces 10 recommandations à voir dans le barrio de San Telmo.

1- Une balade : Aller chiner dans les halles et profiter des rues chargées d’histoire du quartier

DSCF0985

Chiner sous les halles du marché couvert…

San Telmo a connu une histoire tumultueuse. D’abord faubourg situé hors de la cité, le quartier est devenu au XVIIIè siècle un quartier prisé par les commerçants profitant de la proximité avec la Plaza Mayor (actuelle Plaza de Mayo).

L’Eglise y envoya ensuite des jésuites en milieu de siècle afin d’y construire des édifices religieux et y instaurer une paroisse, mais ne s’y établira que peu de temps.

Le XIXè siècle voit arriver à San Telmo les familles aisées de Buenos Aires, qui fuiront cependant le barrio après de nombreuses épidémies de fièvre jaune (la plus importante en 1871). Ce départ laissa de grandes maisons vides qui furent alors habitées par les classes populaires issues de l’immigration européenne. On appelle ces édifices partagés les conventillos.

C’est dans les années 1960 que San Telmo se fait un nouveau visage, lorsque les artistes y établissent leurs ateliers.

Désormais, c’est un quartier bohème, populaire et vivant au sein duquel il est agréable de flâner et de chiner, notamment au sein du grand marché couvert de la fin du XIXè siècle.

Marché couvert de San Telmo : Ouvert tous les jours de 10h à 20h. Quatre entrées : Defensa 961, Carlos Calvo 455, Estados Unidos 460/70 et Bolivar 970

DSCF0989

Costumes militaires

DSCF0990

Téléphones et postes de radio sixties

DSCF1003

Jouets anciens (un peu flippants…)

 

 

2- Un incontournable : La feria du dimanche

DSCF0976

Reflets: Musicien de rue et vendeurs de mate 

C’est indéniablement l’attraction touristique du quartier, mais elle vaut le coup d’œil ! Rien que pour l’ambiance, on vous conseille de venir y boire une Quilmes bien fraîche accompagnée d’un choripan.

La feria du dimanche à San Telmo, c’est un immense marché qui s’étend sur toute la rue Defensa, de la Plaza de Mayo à la Plaza Dorrego.

Sur Defensa, une atmosphère hippie règne à travers les stands de produits artisanaux, matés, bijoux en pierres, peintures, bibelots, le tout imprégné par la fumée des asados.

Nous vous recommandons plus particulièrement la Plaza Dorrego, abritant le marché aux puces. De nombreux antiquaires et brocanteurs y tiennent un stand agréé par la commune (pas d’arnaque, si ce n’est que les prix peuvent flamber du fait de sa popularité).

Feria de San Telmo : Tous les dimanches de 8h à 19h. Calle Denfensa, de la Plaza de Mayo jusqu’à la Plaza Dorrego

    DSCF0963 DSCF0968

    DSCF0958 DSCF0960

Antiquaires et brocanteurs sur la Plaza Dorrego 

3- Un espace culturel : El Museo de Arte Moderno

DSCF1198

L’entrée du musée, sur San Juan

Le musée d’art moderne propose une exposition permanente d’oeuvres emblématiques argentines du XXè siècle, mais aussi des expositions temporaires aussi riches que diverses. Lieu idéal en cas de pluie ou si vous avez peu de temps car le musée se visite en deux heures environ.

Musée d’art moderne de San Telmo : Ouvert du mardi au vendredi de 11h à 19h et les samedi, dimanche et jours fériés de 11h à 20h. Fermé le lundi. Prix : 20 pesos l’entrée, gratuit le mardi. Adresse : San Juan 350

DSCF1162

L’entrée du musée

  DSCF1192 DSCF1196

Oeuvres permanentes 

DSCF1183  DSCF1182 DSCF1181

Exposition temporaire d’Hernàn Soriano

4- Un coin vert : Reserva Ecologica Costerna Sur

DSCF1219

Véritable bouffée d’air frais, la réserve naturelle est un coin de quiétude à deux pas du centre-ville. Cinq entrées (dont trois à San Telmo) mènent à cet espace de détente de 350 hectares abritant de nombreuses espèces végétales et animales le long des berges du Rio de la Plata. C’est d’ailleurs un endroit clé pour la migration des oiseaux, que l’on peut admirer par centaines. On peut s’y promener à pied ou à vélo (attention de ne pas dépasser les 10 km !) ou profiter des parcours santés mis à disposition des promeneurs. Pour fuir les gaz d’échappement, se vider la tête ou pique-niquer entre potes ou en famille, la réserve naturelle est un endroit idéal pour profiter de la nature en ville.

Amoureux de photographie ou de dessin, cet endroit est fait pour vous !

Reserva Ecologica Costerna Sur : Ouverte du mardi au dimanche de 8h à 18h d’avril à octobre (hiver) et de 8h à 19h de novembre à mars (été). Fermée le lundi. Visites guidées les samedi, dimanche et jours fériés de 10h30 à 15h30 en hiver et de 9h30 à 16h en été. Entrée gratuite. Cinq entrées dans le prolongement des Avenues (du Nord au Sud) Cordoba, J. D. Peron, Belgrano, Estados Unidos et Brasil (en gras, les entrées depuis San Telmo ou à proximité).

DSCF1202

Face aux buildings, un espace de verdure et de tranquillité 

 DSCF1224 DSCF1215

DSCF1205

Végétation de la réserve 

5- Une Institution : La Libreria de Avila

DSCF1141

Entrée de la librairie, sur Bolivar 

Il s’agit de la librairie la plus vieille de Buenos Aires. Son propriétaire, Miguel Avila, prétend même qu’elle est la plus vieille du monde encore en service. Légende ou non, cette librairie est un joyau de beauté à voir ! Vieux bouquins, livres jeunesses et beaux ouvrages se profilent au fil des rayons à plusieurs étages de cet endroit enchanteur proposant aussi des cartes postales.

Libreria de Avila : Ouverte du lundi au vendredi de 8h30 à 20h et le samedi de 10h à 14h et de 15h à 17h. Adresse : Adolfo Alsina 500

 DSCF1132

 DSCF1120 DSCF1124

 DSCF1121 DSCF1119

Intérieur de la librairie

6- Un lieu caché : Une authentique milonga

 

DSCF0951

La sensualité du tango

S’il est facile de trouver bon nombre de « tango shows » à Buenos Aires, il est plus difficile d’avoir alors un spectacle authentique et qui ne vous plume pas trop ! Notre conseil, c’est plutôt de trouver un endroit au sein duquel des amateurs se réunissent pour pratiquer et s’entrainer : une milonga.

Nous avons découvert un endroit un peu caché, un peu par hasard, aux allures de salle clandestine. Pas de bling bling, pas de néons ni de loupiottes à l’entrée. Juste une façade neutre, sans fards ni chichis, ne laissant pas présager que quelque chose de magique puisse se dérouler à l’intérieur.

On sonne. Quelqu’un nous ouvre.

Nous montons les marches qui mènent au premier étage. Pas un bruit. Seule une femme et un gros matou nous accueillent sur le palier en nous montrant du doigt une terrasse et nous invite à nous y rendre. Quelques personnes buvant bière et fernet, mais pas la milonga que nous espérions.

Alors que nous allions repartir, nous nous dirigeons vers une salle plus éloignée. Et là, la magie opère. Dans une salle éclairée par quelques lumières jaunies, une musique d’un autre temps nous imprègne. Le tango. Enivrant, le rythme sensuel fait danser de nombreux couples de danseurs jouant du regard et enchainant les pas habiles dans une fierté saisissante. Spectacle puissant et authentique puisque sans aucune prétention, des inconnus viennent répéter et danser le tango, véritable joyau argentin. Si l’envie vous prend de succomber au charme du tango, la piste est ouverte à tous et à toutes!

Milonga : C’est un endroit caché et on trouve sympa de la découvrir par soi-même. On vous donne un indice : Esquina de Tacuari et Estados Unidos. Entrée gratuite. Bar sur place.

DSCF0857

L’entrée de la milonga

   DSCF0862 DSCF0861

Sonnette et escaliers

DSCF0870

Terrasse à ciel ouvert

DSCF0924

Danseurs de tango

   DSCF0879 DSCF0901

Mouvements

7- Un endroit insolite : La ligne E du métro

DSCF1145

Intérieur du métro, vieilles loupiotes et sièges en bois

Cela peut paraître étrange, mais la ligne E du métro de Buenos Aires est l’un de nos gros coups de cœur. Construite dans les années 1940, elle en a gardé tout son charme, puisque l’intérieur des wagons est fait de bois et les lampes sont de petites loupiotes parsemées au plafond. On vous la recommande !

Ligne E du métro : Ouverte du lundi au samedi de 5h à 22h30 environ et les dimanche et jours fériés de 8h à 22h. Entre Plaza de los Virreyes et Bolivar. Tronçon à San Telmo : San José, Independencia, Belgrano. Pour accéder aux lignes de métro, une carte Sube est nécessaire (25 pesos), rechargeable. Coût d’un trajet : 7,50 pesos.

 DSCF1148 DSCF1158

Il s’agit de la ligne violette

8- Un encas : El Gauchito, roi de l’empanada

DSCF1021

Devanture du Gauchito 

L’empanada est certainement l’une des spécialités phare de l’Argentine. Sortes de petits chaussons fourrés à la viande, au fromage ou aux légumes, elles se dégustent cuites au four ou frites. El Gauchito est un petit bouiboui au décor gaucho (les gardiens de troupeaux de la Pampa) qui propose diverses sortes d’empanadas à petit prix. Nos préférées, les empenadas riojanas, frites et fourrées à la viande hachée au couteau, pommes de terre, poivron et oignons, accompagnées d’une sauce piquante. De quoi régaler ses papilles à petit prix !

El Gauchito : Independencia 414. Prix : 20 pesos l’empanada.

   DSCF1005 DSCF1014

Une salle aux couleurs de la culture Gaucho

DSCF1015

Les empanadas, spécialité de la maison 

9- Un bar : Le Chin Chin

DSCF1230

L’entrée et la terrasse au coin d’Estados Unidos et Bolivar 

Le Chin Chin est une adresse incontournable de San Telmo. Ici, on y déguste des bières artisanales (au miel, rousse, triple, quadruple) qui peuvent vite vous chauffer les oreilles ! Le tinto (vin rouge) de Mendoza, cela va de soi, se boit au verre ou à la bouteille. Lui aussi peut vite faire tourner la tête avec ses 14° (oui, quand même !!). On aime aussi les plats, pour être bon marché et extrêmement copieux. Il y en a pour tous les goûts : végétariens, amateurs de viande de bœuf, accros aux sandwichs ou ceux qui aiment partager (picadas : petites choses à grignoter). Le must du bar, une terrasse, chose assez rare à Buenos Aires.

Le Chin Chin : Ouvert du mardi au jeudi de 19h à minuit, les vendredi et samedi de 19h à 2h et le dimanche de 13h à minuit. Adresse : Estados Unidos 490. Compter 65 pesos pour une pinte de bière, 165 pesos pour une bouteille de vin et en moyenne 120 pesos pour un plat.

DSCF1237

Huevos rotos, plat végétarien

  DSCF1235 DSCF1242

Costilla de cerdo y carne con papas

10- Une boutique : Camaras Antiguas

DSCF1035

Devanture de la boutique

Nous clôturons ce top 10 avec une boutique un peu décalée, hors des boutiques souvenirs. Ici, pas de vêtements ni de gadgets, mais une caverne d’Ali Baba dédiée à la photographie vintage.

Cette boutique familiale propose des centaines d’appareils photos argentiques mais aussi des caméras ainsi que de nombreux objectifs, dans un professionnalisme notable. Le père et ses trois fils offrent de nombreux conseils précieux et un savoir-faire indiscutable. Ils réparent eux-mêmes et remettent en état tous les appareils présentés à la vente. Pas d’arnaque donc. Les prix s’affichent plus élevés qu’en Europe, mais s’alignent sur le marché national et américain.

On y trouve de tout, de l’appareil photo en bois des années 1850 aux petits réflexes des années 1980. Le plus : chacun des vendeurs prend vraiment le temps de vous faire découvrir leurs appareils et vous dégotte la perle rare qui vous correspond.

Camaras antiguas : Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 15h, le samedi de 10h à 12h30 et le dimanche de 10h à 17h. Independencia 408. Prix moyen pour un réflexe + objectif 50mm (années 1970/80) : 5.000 pesos.

DSCF1033

Des conseils avisés

DSCF1028

Des centaines d’appareils photos…

DSCF1031

… de tous temps!

 

Mélissa Pollet-Villard

Photos: Mélissa Pollet-Villard

 

4 Comments
  • POLLET VILLARD SOPHIE
    Posted at 00:59h, 08 février Répondre

    Superbe reportage, tu as donné le ton de ce quartier…et l’envie de le découvrir. Les photos sont splendides!!Tes coups de coeur sont un miroir original et enthousiasmant. On en redemande!

  • Marie
    Posted at 21:23h, 11 février Répondre

    Excellent reportage. Description du quartier fort bien documenté, analysé, détaillé. On y sent le vrai coup de coeur et l’authenticité de l’auteur dans ses choix des 10 présentations.
    Les photos sont sublimes, C’est un grand reporter photo qui se profile à l’horizon par sa personnalité sous-jacente et l’originalité des prises de vues. CONQUISE.
    Merci de continuer à produire de si belles photos, qui se regardent comme les tableaux des grands peintres,
    Merci pour cette chronique, très utile pour les futurs voyageurs
    Merci pour ce moment de partage.

  • Florence
    Posted at 09:37h, 30 novembre Répondre

    Grâce à votre blog on vient d’enchainer Chin Chin pour la bière et les empanadas d’el gauchito … un régal !!!! Mile mercis ! Pour info les prix on légèrement augmenté (la monnaie a du fluctuer également…) on est donc à 70$ pour la pinte en happy jours et 50$ l’empanada (mais alors ils sont excellent, le personnel est super et ils sont plutôt conséquents !)

    • Les Cahiers Vagabonds
      Posted at 08:49h, 14 décembre Répondre

      Bonjour Florence! Nous sommes très heureux d’avoir pu vous aider grâce à nos recommandations. Cela fait déjà 3 ans que nous avons quitté le quartier et il faut reconnaître que ton commentaire nous a refait plonger dans cette ambiance avec beaucoup de nostalgie (et cela nous a donné envie de remanger une empanada du Gauchito!). Pour les prix, c’est évident que notre article est obsolète, surtout en Argentine où l’instabilité économique est une constante.
      Encore merci pour ton retour et bonne route!

Post A Comment