Les Cahiers Vagabonds | On en parle: Paseo de los Monos, un refuge pour animaux issus de maltraitance en Equateur
Voyage, reportages,
1797
post-template-default,single,single-post,postid-1797,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-16.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
Amitié du monde

On en parle: Paseo de los Monos, un refuge pour animaux issus de maltraitance en Equateur

L’Equateur, malgré sa taille modeste, concentre une variété de paysages impressionnante offrant ainsi une biodiversité riche et diverse. Malheureusement, cette prospérité est bien souvent synonyme de trafics d’animaux en tous genres.

Le refuge Paseo de Los Monos recueille ainsi des dizaines d’animaux – majoritairement des singes – issus de maltraitance, de domestication, de braconnage ou d’abandon.

Situé aux portes de l’Amazonie, près de la ville de Puyo (à l’est de l’Equateur), le Paseo de Los Monos est désormais un havre de paix au sein duquel les animaux sont soignés et traités avec respect.

Chaque animal possède sa propre histoire et chacun d’entre eux nous a surpris par la bonté et la confiance qu’ils éprouvent (encore) envers l’être humain. Sûrement parce qu’ils comprennent que cette fois-ci, c’est parce qu’on leur veut du bien.

> Le Cambodge développe l’éco-toursime pour lutter contre la maltraitance des éléphants

 

C’est un lundi matin que nous arrivons au Paseo de los Monos, accueillis par quelques singes laineux curieux de notre arrivée. Yvan, le propriétaire du refuge (un Suisse francophone installé en Equateur depuis 15 ans), nous souhaite la bienvenue. Cigare au bec, la cinquantaine, il est accompagné d’un bébé singe agrippé à son cou. « C’est Jacky Brown », nous dit-il avec fierté.

Jacky, c’est un petit singe laineux de 6 mois recueillis dans le centre car il errait seul dans les rues du Puyo, à quelques kilomètres de là. Les présentations se font avec les autres bénévoles déjà présents puis nous voilà pris dans le quotidien du refuge.

 

Nos tâches sont variées et diverses. La routine s’enchaîne entre la préparation et la distribution de la nourriture pour les animaux (désinfecter et couper les fruits, les répartir et les déposer dans les enclos) tandis que les autres bénévoles préparent le petit déjeuner.

S’ensuivent des missions diverses et variées selon les besoin du centre (création de jouets, entretenir les allées, laver la maison, nettoyer les enclos, abreuver les animaux…) ainsi que notre préférée: nourrir les bébés, encore pouponnés dans la maison.

>Les photos des animaux du refuge par ici

Lors de notre venue, quatre jeunes pensionnaires sont choyés par les bénévoles: Bella, une jeune guenon capucin de quatre mois née dans le refuge et abandonnée par sa mère ; Emmanuelle, un paresseux à deux doigts de deux mois retrouvée alors que des personnes mangeaient sa mère ; Jimmy, un olingo (ou olinguito, ce n’est pas encore déterminé) sauvé d’un zoo au sein duquel il ne recevait pas les soins nécessaires (c’est fréquent pour les animaux nocturnes) et enfin Jacky, le chouchou d’Yvan aux grands yeux noirs.

Le passé de ces quatre petits protégés nous laissent entrevoir le calvaire que chaque animal a vécu avant d’arriver au centre.

 

Au sein du refuge, plus d’une centaine d’animaux (dont 54 singes) écoulent des jours tranquilles au sein d’immenses parcs au coeur de la jungle.

Plusieurs enclos (spacieux et forts d’une végétation dense) répartissent les différentes espèces, cohabitant quelques fois. L’atout est la présence de tunnels entre les enclos permettant aux animaux d’avoir plus d’espace et de crapahuter comme bon leur semble entre les arbres.

D’autre animaux sont aussi en totale liberté (certains car ils se sont échappés de leurs enclos). Leur simple présence prouve les bons traitements leur étant réservés.

Parmi les individus résidents au Paseo de los Monos, cinq espèces de singes sont présentes: les singes laineux, les singes écureuils, les singes araignées, les singes capucins et les tamarins. On trouve aussi des perroquets, des tortues, des margays (félins), des serpents, des pécaris, des coatis et des kinkajous.

 

S’il est trop long d’énumérer la présence de chacun au refuge, la raison principale de la présence de tous ces animaux est due à l’être humain. Les causes sont nombreuses: domestication (animaux attachés ou confinés dans des petits appartements), maltraitance (cirques, zoos), braconnage, chasse…

 

 

Paseo de los Monos est un centre qui prend soin des animaux tout en permettant aux voyageurs de pouvoir offrir de leur temps pour un éco-volontariat.

Il est également possible de simplement visiter le centre afin de prendre connaissance des différentes espèces sauvées et de leurs histoires. L’argent est dépensé intelligemment pour les animaux.

Seul point noir de cette belle association, qui nous a coûté moralement: la présence de six (vieux) chiens laissés de côté dans un parc pas vraiment entretenu et ne bénéficiant pas de l’amour et de l’attention portés aux autres animaux.

 

>> Pour retrouver toutes les informations sur Paseo de Los Monos et faire du bénévolat, c’est par ici! 

 

 

 

 

Texte et Photos: Mélissa Pollet-Villard

3 Comments
  • Sophie
    Posted at 21:55h, 22 juin Répondre

    Photos extraordinaires et texte magnifique…Dommage que les chiens ne soient pas aussi choyés…tous les animaux méritent amour et respect car c’est ce qu’ils nous donnent .

  • Iris Woodall
    Posted at 21:58h, 14 mai Répondre

    J’ai été volontaire cinq mois (envoyée par le service civique) alors je connais bien le paseo de los monos. Si avant c’était sûrement un centre pour aider les animaux, aujourd’hui tout est tourné vers l’argent.
    Le volontariat, (à part la distribution de la nourriture, de l’eau des animaux et du nettoyage des cages) se concentre sur accueillir les touristes, nettoyer le chemin pour les touristes, etc. Les serpents sont gardés en captivité afin que les touristes puissent les voir, les poissons sont carrément achetés à quelqu’un qui les pêche exprès pour les mettre dans les aquariums. Il a fallu que je me batte afin que les 4 poulets qui étaient enfermés dans une toute petite cage en hauteur (présents afin d’être mangés par le couple propriétaire), soient transférés dans un vrai poulailler. Quant aux singes, ils ne seront jamais relâchés. Non pas parce qu’il n’y à aucune possibilité à ce qu’ils se réhabituent à la vie sauvage, mais parce que tout simplement Yvan compte les garder avec lui. Un singe venait d’arriver au refuge, et Yvan allait tous les soirs avec sa compagne dans la cage afin de l’apprivoiser.
    Ensuite, moi et d’autres volontaires avons vraiment été exploités. On nous refusait nos jours de congé, nous faisait travaillait toujours plus à des tâches plus ou moins ingrates (mon co-volontaire a du pendant des mois passer ses journées à nettoyer la maison et les terrasses…), sans aucune reconnaissance jamais.
    De plus, Liseth, la compagne de Yvan, nous a réclamé des sous pour un verre cassé alors que cela faisait des mois qu’on travaillait gratuitement (a fortiori, nous les payions 400 dollars par mois pour travailler pour eux). Elle m’a également volé deux pantalons.
    Enfin, Yvan ne travaille jamais. IL a ses sous-fifres volontaires plus son employé (qui n’avait pas pris de vacances depuis 5 ans lorsque je suis arrivée!).
    Un couple et un centre vraiment… que je déconseille au plus haut point…

    • Les Cahiers Vagabonds
      Posted at 21:29h, 15 mai Répondre

      Bonjour Iris,
      Tout d’abord merci d’être intervenue pour délivrer ton point de vue.
      De notre côté, nous ne sommes restés qu’une semaine au Paseo de los monos, un séjour que nous avons d’ailleurs écourté car nous n’avions pas accroché avec les propriétaires. On a effectivement ressenti une certaine exigence (particulièrement de la part de Lisette, véritable princesse) mais nous nous sommes toujours opposés à effectuer des tâches ne correspondant pas aux besoins des animaux, contrairement à d’autres volontaires qui n’ont pas osé dire non.
      Nous n’avons pas connu le poulailler mais nous avons essayé de nous occuper de chiens délaissés, en mauvaise conditions de vie. Les singes étaient bien traités mais nous n’avions pas énormément d’infos concernant leur réintroduction.
      En résumé, en lisant ton rapport d’expérience sur plusieurs mois, on n’est pas forcément surpris et il est nécessaire que ceux qui souhaitent apporter leur aide à ce centre aient accès à ce genre de critiques et/ou remarques pour ne pas être surpris.
      A bientôt 🙂

Post A Comment