Les Cahiers Vagabonds | HORS DES SENTIERS BATTUS: LA BOLIVIE AUTREMENT
Voyage, reportages,
2122
post-template-default,single,single-post,postid-2122,single-format-standard,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-11.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

HORS DES SENTIERS BATTUS: LA BOLIVIE AUTREMENT

La Bolivie est un pays incroyablement riche en paysage. L’altiplano, le Lac Titicaca ainsi que le salar d’Uyuni en sont des spots incontournables. Mais d’autres beautés naturelles plus surprenantes parent ce pays aux mille facettes. On te livre trois excursions à découvrir à l’écart du flot touristique… PASALO BIEN!

 

1- L’Aventurière: le Parc national de Torotoro

 

 

Situé à 4 heures de route de la ville de Cochabamba, le Parc National de Torotoro est un trésor géologique et paléontologique. L’accès au parc est une aventure en soi. En effet, des minibus partent de Cochabamba toute la journée. Le hic, c’est qu’il faut attendre qu’ils soient remplis avant de partir.

Autant dire que l’on peut parfois patienter des heures! Une fois le bus complet, il est nécessaire de donner toute sa confiance au chauffeur, qui aura sûrement une interprétation très personnelle de la conduite sur piste.

De toute façon, il est trop tard pour faire demi tour, le minibus s’engage sur des petites routes tantôt pavées, tantôt terreuses. Les paysages sont à couper le souffle, alors il ne reste plus qu’à profiter du spectacle… Et à serrer un peu les fesses!

>> PRATIQUE: Comment remonter l’Amazone à bord d’un bateau lent de marchandises?

CONSEIL: il n’y a pas de distributeur à Torotoro, il est donc recommandé de prévoir suffisamment d’argent avant de s’y rendre afin d’éviter les mauvaises surprises!

 

Sur place, de nombreux petits hostels proposent des chambres privées à prix tout à fait raisonnables.

Le Parc national de Torotoro est un joyau naturel de 16.570 hectares, qui propose pas moins de 9 randonnées différentes, plus ou moins longues et difficiles.

Il est obligatoire de prendre un guide pour la journée (se rendre à l’office prévue à cet effet). Nous vous conseillons de partager les frais avec d’autres voyageurs!

 

 

La promenade la plus emblématique du Parc est El Vergel (compter environ 3h30), de niveau moyen. Nous vous conseillons de partir de bonne heure puisqu’au zénith, le soleil cogne fort et la zone est dépourvue d’ombre.

Cette randonnée est intéressante puisqu’elle offre un large éventail de découvertes: traces de dinosaures fossilisées, théâtre et ponts naturels de pierre, canyon observable depuis une passerelle ainsi qu’un descente de 700 marches (qu’il faudra remonter!) au coeur du canyon au sein duquel chutes et bassins naturels d’eau permettent une baignade rafraichissante méritée!

A SAVOIR: Ouvre l’oeil et essaye d’observer la Paraba Frente Roja (Aras au front rouge), un espèce endémique de perroquets en voie de disparition.

Une autre promenade intéressante et un peu délaissée et celle des Siete Vueltas, qui zigzague entre les montagnes ondulées. Il s’agit d’une véritable remontée dans le temps: plus on avance, plus les strates sont anciennes, laissant ainsi découvrir des centaines de fossiles marins!

Le site de Torotoro propose d’autres randonnées et découvertes telles que la spéléologie et la recherche de peintures rupestres!

 

>> VIDEO: Un tour dans le désert de la Guajira, au nord de la Colombie: un paradis pour les amateurs de Kite-Surf

 

 

2- L’oubliée: Tupiza, ou un air de Far West en Bolivie

 

 

La ville de Tupiza, située au sud de la Bolivie, est une porte d’entrée idéale pour partir visiter le Sud Lipez et le salar d’Uyuni. Encore peu prisée du tourisme, elle est une solution alternative à San Pedro de Atacama ou Uyuni (villes desquelles la plupart des voyageurs débutent l’aventure).

Mais surtout, Tupiza regorge de coins cachés idéaux pour des promenades au coeur des montagnes ocres et rouges de la région. La plupart des voyageurs passent à côté de ce Far West bolivien, à tort!

de nombreux hostels proposent (tels des agences) des tours organisés, notamment à dos de cheval, mais cela reste à un coût élevé. Il est tout à fait possible de faire des balades par soi-même, même si cela déplaira à ton hôte qui en perdra le sourire et la gentillesse!

 

 

A NE PAS LOUPER: La Puerta Del Diablo, entre cactus, cheminées de fée et roches rouges!

La Puerta del Diablo se fait à pied depuis la ville (environ 15 minutes pour sortir de Tupiza à pied), puis compter environ 2 heures aller/retour. Une fois sortis de la ville, tu devras longer une décharge plutôt glauque (mais pas dangereux!), puis prendre le lit d’une rivière asséchée. Le jeu en vaut la chandelle! Les paysages sont superbes, mais attention, le soleil cogne! La Puerta del Diablo est indiquée par un panneau d’une autre époque tant il est rouillé! Sensation Far West garantie!

 

>> PORTRAIT: Juan, le Colombien écoeuré par la sortie de la série Narcos

 

3- La Gourmet: Sur la route du vin à Tarija

 

 

Située non loin de la frontière avec l’Argentine, dans le sud de la Bolivie, la ville de Tarija est, depuis quelques décennies, connue pour sa production de vin, excellente. Malgré son retard, elle n’a rien a envier aux pays viticoles voisins tels que l’Argentine ou le Chili.

CONSEIL: Se rendre à l’office du tourisme où tout est parfaitement expliqué, avec en prime un accueil chaleureux. Ainsi, tu pourras organiser tes visites par toi-même et éviter une excusion hors de prix!

 

De nombreuses bodegas proposent visites et dégustation, pour des sommes assez modiques. On peut s’y rendre en bus local et ainsi goûter à de nombreux vins sans avoir à conduire ou débourser de grosses sommes en taxi!

Cerise sur le gâteau, de nombreux bars à vin fleurissent à Tarija, d’une qualité souvent excellente.

NOTRE BON PLAN: Le bar à vin Cavas de Altura, tenu par Jorge, un jeune Bolivien ouvert et intéressant. Les planches de dégustations sont délicieuses, le vin, excellent et le service très agréable! Petit plus, le cheesecake… au vin, naturellement!

 

 

 

Texte et Photos: Mélissa Pollet-Villard

 

 

 

No Comments

Post A Comment